Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ELHOUDA

La croyance au jour dernier ??

23 Avril 2013 , Rédigé par faouzidu30 Publié dans #ARTICLES

Concernant la croyance au jour du jugement dernier Les musulmans se divisent en deux groupes.

Le premier groupe ceux qui y croient fermement (et il est obligatoire d'y croire fermement sinon la foi n'est pas valide). Ainsi chaque musulman qu'il soit homme ou femme doit être convaincu sans l'ombre d'un doute qu'il va se retrouver devant Allah qui va l'interroger sur ses actions passées. Ainsi tel est donc le premier groupe : ceux qui croient fermement au jour dernier.

Le deuxième groupe est supérieur, élevé par rapport au premier car ce sont ceux dont la croyance en ce jour est enracinée dans leur coeur, le souvenir de ce grand rendez-vous ne les quitte jamais, à chaque fois qu'ils veulent accomplir un acte ils se souviennent du jour dernier, il se souviennent du grand jugement de ce fait s'il s'agit d'un acte d'obéissance à Allah alors ils s'empressent de le faire de la manière la plus parfaite et complète afin d'en récolter la récompense au jour de la résurrection, et s'il s'agit d'un acte de désobéissance (un péché) alors ils s'en écartent ! afin d'être préservé des conséquences mauvaises d'un tel acte.

Tandis que l'insouciant, le négligeant quand se présente à lui un plaisir éphémère interdit il s'y précipite sans se soucier de quoi que ce soit ! Parce que le souvenir du jour dernier n'est pas présent dans son coeur.

Comme disait le poète arabe (traduction relative) :

Après avoir gouté leur miel les plaisirs interdits se sont envolés

Des péchés que j'ai commis il ne reste que la souillure et le regret

Seules demeurent les mauvaises conséquences de ce que j'ai fait

Quel bien il y a t'il dans un plaisir dont l'aboutissement est l'enfer ?

L'insouciant, le négligeant quand se présente à lui un plaisir éphémère interdit il s'y précipite sans se soucier de quoi que ce soit car le rappel du jour dernier n'est pas présent dans son coeur...

Source : Shaykh 'Abder-Razzâq Al 'Abbâd (tiré de l'audio Yawm al 'ardh)

traduction et adaptation : Abou-Ahmad

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article